CORONAVIRUS : Protocole sanitaire pour la psychothérapie en présentiel

Ce protocole à pour but d’éviter la contamination par le CORONAVIRUS des patients en psychothérapie, des thérapeutes, de leurs proches et des personnes amenés à les croiser. Pour rappel les symptômes évocateurs de contamination sont : toux, éternuement, essoufflement, mal de gorge, fatigue, troubles digestifs, sensation de fièvre, etc.

Si vous pensez être porteur de ces symptômes nous vous remercions de ne pas venir au cabinet et de suivre les recommandations nationales (appeler le 15).

Si dans les 7 jours précédent un rendez-vous vous avez été testé positif au CORONAVIRUS ou si vous avez été longuement en contact avec une personne positive nous vous remercions de ne pas venir et de suivre les recommandations nationales (isolement, etc.). Je peux dans ce cas vous proposer une séance en distanciel.

Nous pouvons vous proposer une rencontre au cabinet, sauf nouvel avis du gouvernement et de nos organisations professionnelles. Nous avons établi ce document pour que nos rencontres soient possibles dans les meilleures conditions.

Nous vous communiquons ce document avant un rendez-vous pour que votre consentement soit éclairé. Merci de vous manifester avant votre venue si vous avez des questions.

En tant qu’organisateur, nous acceptons et respectons également ces conditions.

Confidentialité de la thérapie
Nous attirons votre attention sur le fait qu’un cas positif parmi les utilisateurs du cabinet pourrait entrainer une enquête des autorités sanitaires et nous obliger à rompre le principe de confidentialité en signalant votre présence et vos coordonnées.

Adaptation des lieux
L’utilisation de la salle d’attente est déconseillée, il est préférable d’attendre dehors si possible.
Nous ne pouvons accueillir aucune autre personne que vous : les parents doivent par exemple quitter les lieux pendant la séance de leur enfant.
Nous avons également condamné les toilettes. Merci d’y penser avant votre rendez-vous et de prévenir vos enfants.

Nettoyage
Nous nettoyons chaque jour soigneusement avec une solution d’eau de javel ou un liquide hydroalcoolique, notamment tous les points de contacts usuels : poignées de porte, code porte, interrupteurs, matériel pédagogique, etc. Les poubelles sont vidées chaque jour.
Nous aérons les salles 10 minutes minimum entre chaque séance.

Distanciation
Nos locaux sont adaptés pour recevoir un thérapeute et un patient. Merci de veiller à respecter la distance minimum entre nous (un mètre).

Contact avec les objets
Pour limiter les contacts, nous sommes amenés à éviter la manipulation d’objets pour le travail thérapeutique (feutres, jouets, etc.)
Nous vous invitons si vous le souhaitez à venir avec un drap pour vous isoler des sièges.
Nous vous proposerons le paiement sans contact via internet pour éviter la manipulation d’argent liquide. Nous utilisons par exemple Lydia. Vous pouvez télécharger cette application ici : lydia-app.com

Mesures d’hygiène
Veillons à respecter les gestes barrière : tousser ou éternuer dans votre coude ou dans un mouchoir, saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades.
Nous vous demandons de venir au cabinet munis de votre masque anti-projection (« masque grand public ») et de le garder autant que nécessaire.
Nous vous remercions de vous laver les mains dès votre arrivée, avec le gel hydroalcoolique mis à votre disposition. Vous pouvez également venir avec votre propre gel pour vous laver les mains après le rendez-vous.
Nous vous demandons de remporter vos mouchoirs dans un sac et de les jeter chez vous dans votre poubelle.


Le plus important :
Ces mesures s’imposent à nous comme à vous, et nous les assumons pour garantir le travail thérapeutique dans les meilleurs conditions. Ceci dit, elles peuvent vous faire vivre une sensation particulière. N’hésitez pas à en parler dans le cadre de la thérapie.

Document mis à jour en décembre 2020, susceptible d’être ajusté en fonction de l’évolution des connaissances.

Politique de confidentialité / respect des données personnelles

De quoi parlons-nous ?

La loi sur la protection des données dite RGPD, contrôle la façon dont vos informations personnelles sont utilisées. Vous avez le droit de connaitre – et de contrôler – la façon dont vos informations sont traitées, et je dois veiller à la façon dont je collecte et stocke ces informations.

Vous avez des droits

En vertu de la loi sur la protection des données, vous avez le droit de savoir quelles informations je stocke à votre sujet. Cela comprend le droit :

  • d’être informé des données que je collecte
  • d’accéder à vos données personnelles
  • de faire corriger des données incorrectes
  • de faire effacer les données
  • d’empêcher ou de restreindre le traitement de vos données
  • de récupérer vos données

Pour exercer ces droits vous pouvez me contacter.

Stockage et contrôle d’accès

Toutes les données vous concernant sont stockées aussi longtemps que je vous reçois et seront détruites au plus tard 5 ans après notre dernier contact.

Toutes mes données informatiques stockées sur mon ordinateur sont sécurisées par mot de passe. Il est sauvegardé sur un service cloud protégé par mot de passe. Mon téléphone est verrouillé et protégé par un mot de passe. Il est sauvegardé sur un service cloud protégé par mot de passe. Mes e-mails sont gérés via un compte gmail, protégé par un mot de passe double identification.

Utilisation

Votre nom et adresse :
Je suis tenu de les conserver de part mon adhésion aux règles de déontologie que j’ai choisies.
Ces informations sont stockées dans un fichier informatique distinct des autres fichiers vous concernant (« la fiche patient »).

Votre numéro de téléphone et votre adresse e-mail :
J’en ai besoin si j’ai besoin de vous contacter entre les sessions.
Ces informations sont stockées dans un fichier informatique (« la fiche patient »).
Sur mon téléphone, elles sont enregistrées sans mention de votre nom complet afin de limiter les risques d’identification (« fiche contact » avec vos initiales).

Les dates et heures de nos réunions :
J’en ai besoin pour m’organiser. Elles sont enregistrées dans mon agenda à l’aide de vos initiales afin de limiter les risques d’identification.

Le nom et les coordonnées d’un «contact de sécurité» : une personne que vous connaissez, en qui vous avez confiance et qui sait que vous suivez une thérapie avec moi :
Le contact avec cette personne (qui devrait être un adulte) n’a lieu qu’en cas d’urgence et dans la mesure du possible après une discussion avec vous. C’est une question de sécurité.
Ces informations sont stockées dans un fichier informatique (« la fiche patient »).

Le nom et les coordonnées de votre médecin :
Le contact avec ce médecin n’a lieu qu’en cas d’urgence et de nécessité et dans la mesure du possible après une discussion avec vous. C’est une question de sécurité.
Ces informations sont stockées dans un fichier informatique (« la fiche patient »).

De brèves notes de nos séances :
J’ai besoin de prendre des notes pour me rafraîchir la mémoire sur notre travail et pour informer ma supervision clinique. Je suis tenu de les conserver de par mon adhésion aux règles de déontologie que j’ai choisies.
Ces informations sont stockées dans un dossier informatique, sans mention de votre nom complet afin de limiter les risques d’identification (j’utilise vos initiales).

Nos courriels et textos :
Ils font partie de nos contacts hors séances, qui encadrent souvent le travail. Mes textos sur mon téléphone sont effacés automatiquement après 1 mois.

Les détails de nos transactions financières (factures, reçus, virements, etc.) :
Je suis tenu de le conserver à des fins fiscales et comptables. Nous en avons également besoin pour maintenir nos accords financiers transparents et précis.
Les factures sont stockées dans un serveur informatique sécurisé par mot de passe, sans mention de votre nom complet afin de limiter les risques d’identification (j’utilise vos initiales, sauf demande de votre part). Les relevés de virements et reçus sont stockés sur des sites bancaires sécurisés par mot de passe, avec votre nom complet.

Présence sur internet et thérapie – quelques réflexions

Mon objectif est d’assurer la meilleure expérience thérapeutique possible. Or la rencontre d’un thérapeute et de ses patients en dehors du cadre du cabinet thérapeutique peut être un problème difficile.
Je veux partager ici comment j’essaie de prendre en compte cette dimension et comment vous pouvez vous attendre à ce que je vous réponde, si nous nous rencontrons sur internet et sur les médias sociaux.

Contact

Si vous avez besoin de me contacter en tant que thérapeute veuillez utiliser un texto plutôt que les réseaux sociaux.

Les textos ont pour but de mieux nous organiser. Veuillez conserver les questions concernant votre thérapie pour la séance elle-même. Dans la mesure où la thérapie est une relation cadrée entre le patient et le thérapeute, je me réserve le droit de ne pas répondre à certains messages.

Attention ! Les échanges électroniques ne sont pas 100% surs et peuvent compromettre la confidentialité de la thérapie. Ils sont par exemple archivés sur vos téléphones ou ordinateurs et peuvent être lus par des tiers. De même si d’autres personnes ont la possibilité de surveiller votre localisation, elles peuvent supposer que vous suivez une thérapie si vous vous rendez à mon cabinet.

Réseaux sociaux

Je suis présent sur les réseaux sociaux pour différentes activités. Dans la mesure où la thérapie est une relation cadrée entre le patient et le thérapeute, je me réserve le droit de ne pas accepter les demandes de connexion de patients ou d’anciens patients.

Certaines plates-formes font des demandes de contact à tout votre carnet d’adresse et vos contacts peuvent recevoir des invitations de votre part sans que vous ne le sachiez. Si vous recevez une telle invitation de ma part, le mieux est de l’ignorer. C’est ce que je ferai si je reçois une invitation venant de vous.

Commentaires, témoignages, mentions et notations

Je ne sollicite aucun commentaires, témoignage, mentions ou notation et je les désapprouve concernant les thérapeutes, dans la mesure où ces évaluations sont élaborées en dehors des séances, sans espace thérapeutique pour leur donner un sens. Cependant je ne peux pas les interdire et j’accepte d’utiliser des services qui les affichent, comme les annuaires professionnels.

Recherche sur Internet

Il est très courant de rechercher sur Internet des informations sur les gens. Vous avez peut-être déjà effectué une recherche sur moi. Il est intéressant de ramener dans une séance de thérapie tout ce qu’une recherche sur votre thérapeute a porté à votre attention.

Je préfère ne pas rechercher sur Internet des informations sur les personnes que je vois en tant que thérapeute. Apprendre quelque chose sur vous sans votre consentement ou sans votre connaissance pourrait nuire à la confiance, fondamentale dans notre relation. Cependant je pourrais y être amené en de très rares occasions s’il y a un problème de sécurité. Si c’est le cas, je m’engage à l’évoquer avec vous à la séance suivante.

La gestalt-thérapie, qu’est-ce que c’est ?

La gestalt est très utilisée en coaching et en thérapie, dans l’entreprise comme dans le secteur de la santé et de l’aide sociale.

Cette approche a été initiée en 1951 par le psychiatre et psychanalyste allemand Fritz Perls (1893–1970), avec le concours de Paul Goodman (1911-1972), un écrivain américain précurseur des grands mouvements de libération culturelle des années 60. À partir de cette lancée et jusqu’à aujourd’hui, de nombreux gestaltistes ont continué et fait évoluer la pratique et la recherche clinique aux États-Unis, en Europe et en Amérique Latine.

« Gestalt » est un mot compliqué, que les tenants de cette approche ont choisi de conserver en allemand, et c’est sans doute mieux ainsi ! Car en français il devrait se traduire par « processus de formation de la forme », c’est à dire la figure qui apparaît à un moment donné comme capable de répondre à notre besoin.

Les psychopraticiens qui recourent à la Gestalt-thérapie soutiennent leur client pour qu’il puisse :

  • différer son jugement et privilégier l’expérience nouvelle,
  • mobiliser son énergie et ses sensations physiques pour augmenter sa sensation de vitalité,
  • développer sa curiosité, sa disponibilité à l’imprévu et à l’inédit,
  • créer de nouveaux liens avec les autres,
  • et ressentir de la confiance et la sensation de sécurité dans un monde incertain.

C’est une approche d’inspiration holistique et existentialiste, qui propose à chacun de prendre la responsabilité de ses actions en se tenant à égale distance de l’impuissance et de la toute-puissance.

 

Pour en savoir plus :

La Gestalt-thérapie, par Chantal Masquelier-Savatier
Presses Universitaires de France, 2017
Collection Que sais-je ?